dimanche 12 mars 2017

Vins natures américains

Quelques jours à San Francisco furent pour moi l'occasion de découvrir un peu les vins américains et si possible ceux s'inscrivant dans la mouvance nature. Ayant loué un appartement plutôt qu'une chambre d'hôtel afin de pouvoir cuisiner nous sommes allés faire nos courses au Farmer Market du Ferry Building du samedi matin. Ce fût l'occasion d'aller jeter un coup d'oeil aux vins chez le caviste situé dans ce lieu superbe. Pour tout vous dire je m'étais préalablement renseigné mais vu les prix excessifs de la plus part de mes choix je me suis "contenté" de la syrah 2014 du domaine de la Clarine. Ce domaine californien est situé sur le piémont de la Sierra Nevada; donc sans doute un peu en altitude.
En tout cas, malgré un degré affiché à 14, le vin est frais et joue sur la finesse. A l'aveugle, en France, je serais sans doute parti sur Souhaut car, tout comme le cépage, la vinification sans soufre est reconnaissable. Je ne perçois aucune note de bois et seule une petite lourdeur aromatique finale vient limiter le plaisir qui est haut.
Suite à cette belle réussite je décide de réitérer en allant chez un caviste situé à proximité du Moscone Center. Mon choix va vers un pinot noir de la Williamette Valley, le Vin de Days 2014. Le vin est très original et il me semble impossible de reconnaître le pinot. Je ne sais pas quel est le type de vinification mais il y a un côté macération carbonique un peu trop poussée. Néanmoins il y a du vin et l'équilibre en bouche est agréable. C'est surprenant mais finalement plutôt bon sachant que cela s'améliore avec le temps.
Suite à ces quelques jours à San Francisco j'ai passé une soirée à Las Vegas. Nous sommes allés manger une succulente côte de boeuf chez Delmonico. La carte des vins y est incroyable tant pour les références que sur le nombre de millésimes! Comme nous n'étions que 2 et que le budget devait être contrôlé nous avons pris du vin au verre. Rien de nature ici mais, de ce que je connaissais, des trucs vraiment sympa. En confiance je choisis un vin qui m'était inconnu: Pinot Noir 2012 de la Williamette Valley du Domaine Serene (je ne me rappelle pas la cuvée). On ne peut pas se tromper car ça pinote franchement malgré une pointe boisée. En bouche quelques notes peu élégantes issues de l'élevage n'arrivent pas à gâcher la gourmandise fruité de ce vin qui finit sur une longue finale et qui s'accorde parfaitement à la viande. Top!

mercredi 1 février 2017

Truffe et vin

On parle souvent de l'accord entre la truffe noire et le vin. Néanmoins, si cet accord existe il est rare. En effet il y a peu de vin offrant des arômes aussi subtils que ceux du noble champignon. De plus il suffit de peu que la puissance du vin soit trop encombrante.
Même si l'accord avec un blanc est souvent plus facile à obtenir, j'avais ce jour-là envie d'un rouge pour accompagner le risotto qui s'annonçait. Et là je me suis souvenu de cet Arbois 87 de Camille Loye que j'avais en cave depuis un bail.
Excellente idée car le vin était parfait dans son rôle. Le nez est bien en place dès l'ouverture avec des notes de sous bois mais également de fruits compotés. La bouche est fraîche, bien vivante avec une finale tout à fait honorable sur les épices. L'accord avec le plat est top car le vin relève la truffe. La fraîcheur du vin pousse à se resservir; un très bon moment!

jeudi 5 janvier 2017

Douce France

Ah la France et ses campagnes! Clairement si je devais partir à l'étranger c'est ce qui me manquerait le plus. Aller chercher sa poularde de Bresse directement chez l'exploitant. Dénicher le vin rare et fin pour l'accompagner. Trouver les bons légumes bio au marché paysan. Finalement cuisiner et se régaler. Avec cette poularde j'ai fait deux plats: les blancs et les ailes aux morilles à la crème. Les cuisses simplement rôti. Une fois avec un savagnin 2011 de Houillon Overnoy. Une autre fois avec le Rouge 2014 (pinot noir) de Prieuré Roch. Rien de bien nouveau sous le soleil; deux valeurs sûres largement au niveau attendu même si le rouge mérite d'être attendu.

mercredi 4 janvier 2017

Vins de vacances

En se préparant à partir à la montagne on prend ses gants et son bonnet, mais surtout on n'oublie pas les bouteilles. Des vins pas trop forts pouvant accompagner des plats rustiques. Je choisis un vin que je ne connais pas encore: Les Insouciantes 2015 du domaine Grappe dans le Jura. Il s'agit d'un rouge associant poulsard, trousseau et pinot noir. La robe rappelle celle d'un pur poulsard, c'est à dire très légère. Les arômes sont épicés et un peu fruité. Malgré le millésime chaud le degré d'alcool est faible et le vin se boit comme du petit lait. La persistance est modeste mais suffisante pour en faire un très bon vin de table. Une belle découverte!
Le second vin rouge du séjour est la cuvée Expectatia 2014 de Ducroux (vignes en appellation Régnier). Je bois ce vin régulièrement depuis 6 mois avec plaisir. En l'occurrence il va en s'améliorant puisqu'il est de plus en plus fin sans rien perdre de son fruit plein d'énergie; un vin revigorant, magnifique. Notez que le 2015 déguster une seule fois est extrêmement prometteur avec énormément de fond et une vigueur qui demande encore à se mettre en place. Ces deux derniers millésimes, contrairement au 2013, n'offrent pour l'instant aucune déviance; détail fort appréciable!

samedi 31 décembre 2016

Immense Savagnin

Voilà une bouteille difficile à obtenir que l'on ne sort que pour une grande occasion. Pour cette occasion je choisis de faire un risotto aux morilles que je confectionne avec un bouillon d'une carcasse de poularde bien dodue et d'un Comté 36 mois à la place du parmesan: ma plus belle réussite dans le domaine. Mais le vin, le savagnin 2012 de Kenjiro Kagami, ne se laisse pas impressionner en offrant tout ce que j'attends d'un grand vin: pureté cristalline, texture fine, arômes complexes et surtout une longueur incroyable alors qu'il n'y a pas la moindre note oxydative! L'accord avec le plat est parfait, jouissif...

Rechercher dans ce blog

Follow by Email